Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2

Polluted Earth by Vincent, Source FlickR, CC BY-NC-SA 2.0

Notre billet de la semaine dernière revenait sur un article s’intéressant à la notion « résidu » et à son potentiel pour le développement d’analyses transversales dans le champ de la sociologie des sciences. 

Le dioxyde de carbone issu de la combustion des énergies fossiles compte aussi parmi les résidus qui impactent l’environnement terrestre. Le riche numéro spécial « Ignorance(s) »1 dirigé par Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri et Justyna Moizard-Lanvin, propose notamment un entretien avec Jérôme Gaillardet, géochimiste, mené par S. Boudia, qui pointe la nécessité de faire converger les programmes de recherche afin de prendre en compte la problématique de l’impact du réchauffement climatique sur l’environnement, en confrontant les méthodologies et les disciplines.

Le géochimiste est à l’origine du concept de Zone critique, repris par le sociologue Bruno Latour et mise en avant dans une exposition co-organisée avec Peter Weibel au ZKM de Karlsruhe.

« La Zone critique désigne la fine pellicule poreuse de la planète Terre comprise entre les roches dures en profondeur et la basse atmosphère comprenant ce qu’on appelle traditionnellement le sol, les écosystèmes visibles et invisibles (champignons, bactéries), les glaciers, les zones humides, les rivières, les nappes aquifères… et les humains bien sûr2

Cette définition souligne, avec le terme « pellicule », la fragilité de ce système et par ailleurs l’interdépendance des éléments qui le composent. Elle semble ainsi rendre compte de la précarité de l’équilibre dont notre espèce et d’autres êtres vivants dépendent.

Zone critique
Chorover, J., R. Kretzschmar, F. Garcia-Pichel, and D. L. Sparks (artwork by R. Kindlimann), CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Continuer la lecture de « Veille “Science et ignorance” – janv. 2022 n°2 »

  1. « Ignorance(s) », [traduction anglaise « Ignorance »], [Traduction espagnole «Ignorancia(s)»], Laura Barbier, Soraya Boudia, Maël Goumri & Justyna Moizard-Lanvin (ss. dir. de), Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021. []
  2. J. Gaillardet et S. Boudia, « La Zone critique : Vers de nouvelles pratiques scientifiques pour réduire les ignorances dans l’anthropocène », Revue d’anthropologie des connaissances, vol 15 n°4, 2021, []

Veille « Science et ignorance » – janv. 2022 n°1

Abandoned bark in polluted water, by Anja Jonsson - CC BY-NC-SA 2.0 - Source : Flickr

Les déchets toxiques et les contaminants sont l’objet d’un vaste travail de conceptualisation dans l’article « Residues: Rethinking Chemical Environments »1, paru dans la revue Engaging Science, Technology, and Society en 2018. Ce dernier se propose d’en décliner les caractéristiques et semble ainsi poser ainsi les jalons d’une enquête de plus grande ampleur présentée dans l’ouvrage Residues: Thinking Through Chemical Environments paru en 20212.

Les « résidus » désignent, dans le domaine de la physico-chimie, « ce qu’il reste à l’issue d’un processus de combustion, d’évaporation ou de digestion, un dépôt de sédiment ou un déchet »3. Tout en prenant en compte cette définition scientifique, les auteurs engagent dans cet article une réflexion plus large en considérant également les résidus comme des sous-produits de l’activité humaine et industrielle, des témoins des émissions et dépôts du passé et des failles de la règlementation.
L’article propose ainsi cinq caractéristiques pour décrire les résidus. La nature potentiellement « irréversible » des transformations qu’ils opèrent dans l’environnement (1), leur apparence « négligeable » (2), leur caractère « glissant » (3), « imprévisible »  [unruly] (4), et leur « identité négative » (5) sont tour à tour mises en avant :

  • (1) La règlementation se concentre plus souvent sur le contrôle des effets futurs que sur la contamination résultant de l’accumulation des activités industrielles et des déchets du passé, donc l’étude des résidus contribue à la mise en évidence de leurs effets sur la durée.
  • (2) Ils sont souvent considérés comme insignifiants du point de vue matériel car le terme « résidu », dans le sens commun, évoque une quantité réduite de matière ou de substances. Pour autant : ils peuvent être présents dans une quantité supérieure au produit fini, les courbes de toxicité dose-réponse ne sont pas toujours linéaires, leurs effets peuvent se cumuler et ils sont susceptibles de se disperser.
  • (3) Ils permettent de mener une analyse transversale là où la règlementation des toxiques est habituellement segmentée par produits et par cadre d’activités (exposition professionnelle, consommation alimentaire, règlementation des médicaments, autorisation de mise sur le marché des pesticides) et est élaborée avec un temps de retard de sorte que les résidus toxiques semblent souvent nous échapper4.

« This kind of hyper-segmentation in the law does not correspond to a three-dimensional world of mixtures and mobility, in which industrial chemicals and organisms interact in air, soil, and water to generate unexpected entities, environments, and risks. »5

  • (4) Dans la durée, ils sont également susceptibles d’évoluer, d’interagir entre eux ou avec l’environnement d’une façon imprévisible6.  Ainsi, ils restent dans une certaine mesure incontrôlables, tant que la science ne s’attache pas à examiner dans le détail ces évolutions et ces interactions.
  • (5) Enfin, l’ambition de cette archéologie des toxiques, est de contribuer à rendre visible des produits chimiques qui « se tapissent dans l’ombre » et que la règlementation peut choisir de voir ou de ne pas voir.

Ainsi, la notion de résidu permet d’intégrer le caractère multi-facettes des produits chimiques et peut se révéler utile pour dépasser les limites inhérentes à la règlementation des toxiques.

  1. Boudia, Soraya, Angela N.H. Creager, Scott Frickel, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Carsten Reinhardt, et Jody Roberts. « Residues: Rethinking Chemical Environments ». Engaging Science, Technology, and Society 4, n° 2018 (2018): 165‑78. https://doi.org/10.17351/ests2018.245. []
  2. Soraya Boudia, Angela N.H. Creager, Scott Frickel, Emmanuel Henry, Nathalie Jas, Carsten Reinhardt et Jody Roberts (dir.). Residues: Thinking Through Chemical Environments. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2021 []
  3. Source : Oxford Dictionary Online []
  4. La liste des contaminants émergents   doit par exemple être régulièrement actualisée []
  5. « Residues: Rethinking Chemical Environments ». Engaging Science, Technology, and Society 4, n° 2018 (2018), p. 170 []
  6. L’effet cocktail désigne « la combinaison d’effets synergiques ou antagonistes augmentés lorsqu’on rassemble plusieurs produits chimiques »,  Glossaire du site officiel du Portail Santé-Environnement de Wallonie, consulté le 21 janvier 2022. Une substance chimique, que l’on croyait inoffensive à faible dose, peut ainsi devenir nocive à cette même dose si elle est mélangée à une autre, sa toxicité se trouvant « potentialisée » – par l’action du second agent chimique. []