Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1

IGNORANCE EN HPST

  • L’erreur de jugement du héros ou harmartia dans la forme littéraire de la tragédie et ses conséquences en épistémologie sociale
Grand masque tragique.(probablement votif) attribué au sculpteur Silanion. Milieu du IVème siècle av. J.C. Musée archéologique du Pirée.  DebordeLjm, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

L’harmartia décrit, dans les drames tragiques, une erreur de jugement ou une faute commise par le héros sans qu’il ne ne s’en aperçoive. Cette erreur initiale semble précipiter sa chute ou le mettre en situation d’échec au cours du récit ; il n’en devient conscient que lorsqu’il est trop tard.
N. Ballantyne se propose d’examiner la portée de l’erreur tragique en épistémologie sociale. Il propose ainsi l’hypothèse suivante :

« If the Shakespearean protagonists were destroyed by faults of which they were ignorant, oughtn’t we worry about our own faults that we do not recognize ? » N. Ballantyne (p. 2)

Le terme hamartia apparaît dans la Poétique d’Aristote.  L’ouvrage établit des règles dramaturgiques pour plusieurs genres littéraires dont la tragédie. Cette dernière doit, selon l’auteur, susciter à la fois l’effroi et la pitié. Le philosophe écarte ainsi plusieurs trames de récit qui déclencheraient d’autres émotions chez spectateur. Par exemple, le schéma narratif d’un homme foncièrement bon qui serait précipité vers le malheur ne pourrait que susciter la répulsion. Le philosophe préconise ainsi que le héros commette une faute au début du récit, qui ne corresponde ni tout à fait à un accident, ni tout à fait à une mauvaise action préméditée. Le personnage se trouve ainsi dans la posture où il aurait pu connaître sa faute mais ne la reconnait pas. La notion d’harmatia entretien ainsi des rapports intéressants avec la question de la responsabilité et de justice.

Reste donc le cas intermédiaire. C’est celui d’un homme qui, sans atteindre à l’excellence dans l’ordre de la vertu et de la justice, doit, non au vice et à la méchanceté, mais à quelque faute (di’hamartian tina), de tomber dans le malheur – un homme parmi ceux qui jouissent d’un grand renom et d’un grand bonheur, tels Œdipe, Thyeste et les membres illustres de familles de ce genre1.

En se focalisant sur les fautes épistémiques ou cognitives, plutôt que morales, l’article qui suit examine la portée de la notion d’erreur tragique dans le domaine de l’épistémologie sociale.

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – mai 2022 n°1 »

  1. Aristote, La Poétique, trad. R. Dupont-Roc et J. Lallot, Paris, Seuil, 1980, chap. 13, 1452 b 34 – 1453 a 12. cité par A. Walfard. « Justice et passions tragiques : lectures d’Aristote aux XVIe et XVIIe siècles », Poétique, vol. 155 n°3, 2008,  p. 259 []