« L’ignorance organisée » : un numéro spécial de la revue Ephemera

Ce numéro spécial de la revue Ephemera, coordonné par Morten Knudsen, Justine Grønbæk Pors et Tore Bakken s’intéresse aux mécanismes d’évitement des savoirs inconfortables, mis en place au sein des organisations et, plus généralement, à la construction collective de l’ignorance.  Les analyses s’appuient sur la notion d’ignorance stratégique1 et également sur la notion de pouvoir oraculaire proposée par L. McGoey dans The Unknowers : How Elite Ignorance Rules the World (Zed Books, 2022). Dans cet ouvrage, l’ignorance apparaît comme étant au cœur de stratégies de pouvoir, qu’elle soit utilisée pour éviter d’endosser la responsabilité d’erreurs du passé ou pour étayer des initiatives à venir.


Un premier article a trait au processus de transformation numérique qui est à l’œuvre dans certaines organisations. Lors de la mise en place de ces projets pilotes, ces dernières semblent devoir se plier à l’innovation : faire partie des pionniers est présenté comme un impératif. Une des raisons pour lesquelles les porteurs de projets et employés ne peuvent s’y dérober est qu’il est mieux perçu de suivre le mouvement — ou, mieux, de l’anticiper — plutôt que de risquer de paraître rétrograde. L’étude s’intéresse à un projet de profilage algorithmique et montre que cette nécessité d’aller de l’avant peut conduire à en ignorer des défauts ou des dysfonctionnements importants. L’observation de ces derniers se dérobe dans le mouvement qui conduit à l’innovation. Une production d’ignorance collective ou pluralist collective ignorance résulte ainsi de la cumulation de différents mécanismes de déni au niveau individuel. (>> article 1)

Continuer la lecture de « « L’ignorance organisée » : un numéro spécial de la revue Ephemera »

  1. voir : McGoey, Linsey. « The Logic of Strategic Ignorance ». The British Journal of Sociology 63, no 3 (2012): 553‑76 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search