Présentations

La liste des conférences au Colloque “Infox, post-vérité, rumeurs : quels problèmes, quelles réponses ?” (5-7 juin ENS-Paris) dans l’ordre alphabétique. Les participants de la table ronde du 5 juin sont listés en bas de page. Cette page sera mise à jour jusqu’au colloque.


// Please notice that the list of speakers for the lectures is presented following the alphabetical order.

Retour au programme (qui contient aussi le lien pour l’inscription)

Julien Bonhomme (LAS, ENS)

Julien Bonhomme est maître de conférences en anthropologie à l’École normale supérieure de Paris et chercheur au Laboratoire d’anthropologie sociale. Ancien élève de l’École normale supérieure et agrégé de philosophie, il a obtenu un doctorat d’anthropologie à l’EHESS en 2003. Il a été maître de conférences en anthropologie à l’université Lumière Lyon-2, puis directeur-adjoint du département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly. À partir d’enquêtes de terrain en Afrique (principalement au Gabon et au Sénégal), il s’intéresse à l’étude des pouvoirs de la parole. Il a travaillé sur des rituels religieux (initiation, divination, prophétisme), ainsi que sur la sorcellerie en s’intéressant en particulier aux dynamiques de la parole accusatrice et à la circulation des rumeurs. Plus récemment, il a travaillé sur la lutte sénégalaise, sport extrêmement populaire dans ce pays.

Publications récentes :

  • BONHOMME, J., « Fausses rumeurs ? Éthique et épistémologie de la vérité », Monde commun. Des anthropologues dans la cité, n° 2, 2019, p. 164-179.
  • BONDAZ J. & BONHOMME, J., L’Offrande de la mort. Une rumeur au Sénégal, Paris, éditions du CNRS, collection Bibliothèque de l’anthropologie, 2017.
  • BONHOMME, J., The Sex Thieves. The Anthropology of a Rumor, Chicago, HAU Books – University of Chicago Press, 2016.
  • BONHOMME, J., « The Dangers of anonymity. Witchcraft, rumor, and modernity in Africa »,  Journal of ethnographic theory, vol. 2, n° 2, 2012, p. 205-233.
  • BONHOMME, J., 2011« Les numéros de téléphone portable qui tuent. Épidémiologie culturelle d’une rumeur transnationale», Tracés, n° 21, 2011, p. 125-150.
  • BONHOMME, J., Les Voleurs de sexe. Anthropologie d’une rumeur africaine, Paris, Seuil, 2009.

Jeux d’échelle. Rumeurs et sorcellerie en Afrique

Ma communication porte sur une série de rumeurs de sorcellerie qui ont circulé sur une large partie du continent africain au cours des dernières décennies et qui ont suscité de nombreux incidents et violences, qu’il s’agisse d’histoires de vol de sexe, de numéros de téléphone portable qui tuent ou d’offrande mortelle. Contrairement à la sorcellerie familiale ou villageoise traditionnelle, ces rumeurs ont été diffusées à une échelle bien plus large, souvent transnationale. Enquêter sur de tels phénomènes pose un défi aux méthodes habituelles de l’anthropologie, car cela oblige à « faire de l’ethnographie sur une échelle instable, ni purement locale, ni clairement globale » (selon une formule des Comaroff). Il faut parvenir à articuler vues d’ensemble et vues de détail. Les premières permettent de prendre la mesure des rumeurs dans toute leur généralité, tandis que les secondes offrent un éclairage sur les circonstances particulières de leur circulation dans des contextes locaux et permettent de descendre jusqu’aux plus menus détails des incidents qui surviennent dans le sillage des rumeurs. À travers ces jeux d’échelle, il est possible de mettre en lumière les dynamiques socio-culturelles au cœur de la transmission des rumeurs.

Dominique Cardon (Medialab SciencesPo)

Dominique Cardon est professeur de sociologie à Sciences po où il dirige le Médialab. Ses travaux portent sur les usages d’Internet et les transformations de l’espace public numérique. Ses recherches récentes portent sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’autoproduction amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne. Il conduit aujourd’hui une analyse sociologique des algorithmes permettant d’organiser l’information sur le web.

Il a publié La démocratie Internet, Paris, Seuil/La République des idées, 2010, A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil/République des idées, 2015 et, avec Jean-Philippe Heurtin, Chorégraphier la générosité. Le Téléthon, le don et la critique, Paris, Économica, 2016, Culture numérique, Paris, Presses de Sciences Po, 2019.

Ouvrages récents :

  • CARDON, D., Culture numérique, Presses de Sciences Po., 2019
  • CARDON, D., Le pouvoir des algorithmes. Pouvoirs, N° 164(1), 63–73, 2018
  • CASILLI, A. & CARDON, D., Qu’est-ce que le digital labor ?, Paris, Ina Éditions, 2015
  • CARDON, D., A quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, Paris, Seuil/République des idées, 2015.
  • CARDON, D. & GRANJEON, F., Mediactivistes, Paris, Presses de Science po’, 2010 (2ème éd. enrichie : 2013),
  • CARDON, D., La démocratie Internet, Paris, Seuil/La République des idées, 2010.

Les infox et les nouveaux circuits de l’information numérique

Après avoir été perçu comme un espace d’émancipation politique, le web est aujourd’hui considéré comme l’instrument d’une dégradation dangereuse de la vie publique. Les débats actuels sur les « fake news », les campagnes de harcèlement de personnalités, l’enfermement dans des bulles informationnelles ou la polarisation de l’espace public sont devenus des préoccupations majeures. L’espace numérique y est décrit comme un marché dérégulé de l’information soumis aux caprices des choix algorithmiques des grands acteurs du web et malmenés par un bombardement d’infox. Dans cette présentation, je souhaite montrer comment les sciences sociales peuvent mobiliser des méthodes numériques pour comprendre les pratiques informationnelles sur le web et les nouveaux circuits de l’information numérique. L’argument qui sera développé est que, même profondément bouleversé par les nouvelles pratiques en réseau, l’espace public numérique est toujours régit par des contraintes structurelles touchant à la question de la popularité et de l’autorité des sources d’information. A partir de travaux menés sur la situation des médias numériques aux États-Unis et en France, on s’attachera à cartographier l’architecture nouvelle de l’écosystème informationnel.

David Chavalarias (CAMS-EHESS / Institut des systèmes complexes)

David Chavalarias est directeur de recherche au CAMS (Centre d’Analyses de Mathématiques Sociales) à l’EHESS et directeur de l’Institut des systèmes complexes de Paris-Ile de-France.  Il est normalien agrégé de Mathématiques, docteur de l’École Polytechnique, HDR de l’EHESS. Il coordonne des projets dans le domaine de l’économie cognitive et la modélisation des dynamiques culturelles, le web-mining appliqué à l’épistémologie quali-quantitative et s’intéresse aux processus de découverte scientifique et de découverte collective. Dans son projet intitulé « le Politoscope », les outils de la recherche sont mis à disposition des citoyens pour analyser les prises de parole des candidats à la présidentielle et celles de leurs communautés. David Chavalarias a participé dernièrement à l’élaboration d’une cartographie des données du grand débat national.
En novembre 2018, David Chavalarias a publié deux articles dans le média indépendant AOC : « Au-delà des “ fake news ” : à l’ère numérique, nos démocraties doivent évoluer pour ne pas mourir »  et « Fake news : l’arbre qui cache la forêt ».

  • CHAVALARIAS, D., GAUMONT, N., PANAHI M., « Hostilité et prosélytisme des communautés politiques sur Twitter –  Le militantisme politique à l’ère des réseaux sociaux », Réseaux 37, 2019
  • CHAVALARIAS, D., GAUMONT, N., PANAHI M., « Reconstruction of the socio-semantic dynamics of political activist Twitter networks—Method and application to the 2017 French presidential election. », PLOS ONE 13, 2018 https://doi.org/10.1371/journal.pone.0201879
  • CHAVALARIAS, D., « Fake news : l’arbre qui cache la forêt », AOC media – Analyse Opinion Critique, 2018. URL https://aoc.media/analyse/2018/11/07/fake-news-larbre-cache-foret/
  • CHAVALARIAS, D., « A l’ère numérique, nos démocraties doivent évoluer pour ne pas mourir », AOC media – Analyse Opinion Critique, 2018 URL https://aoc.media/analyse/2018/11/14/a-lere-numerique-nos-democraties-doivent-evoluer-ne-mourir/
  • CHATEAURAYNAUD, F., CHAVALARIAS, D., « L’analyse des grands réseaux évolutifs et la sociologie pragmatique des controverses – Croiser les méthodes face aux transformations des mondes numériques. », Sociologie et sociétés, Volume 49, Numéro 2, Automne 2017, 137–161.
  • CHAVALARIAS, D. « The unlikely encounter between von Foerster and Snowden: When second-order cybernetics sheds light on societal impacts of Big Data. », Big Data & Society 3, 2016 https://doi.org/10.1177/2053951715621086

 Au-delà de l’infox: détection et atténuation de la manipulation étrangère en ligne de l’opinion

On parle beaucoup de « fake news » ou de fausses informations depuis la campagne présidentielle de 2017. Après l’irruption de ce terme dans notre quotidien et nos médias suite à la victoire de Donald Trump, les « fake news » ont fait figure de nouvelle menace pour nos démocraties et ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques. L’une d’entre elles, parue récemment dans la prestigieuse revue Science, démontrait à partir d’une analyse des contenus américains de Twitter, que les fausses informations politiques se propagent plus vite et touchent en moyenne plus de personnes au sein de l’espace public numérique que tout autre type d’information.

Ce résultat peut paraître alarmant et justifier l’engouement des média et de l’exécutif pour ce phénomène. Nous montrerons cependant qu’il est mal interprété car mal présenté et que les fausses informations sont en fin de compte l’arbre qui cache la forêt. De fait, si les premières réactions aux conséquences manifestes de manipulation d’opinion en ligne se sont concentrées sur les fausses informations, avec comme première démarche la mise en place de sites de vérification d’information (« fact checking »), nous montrerons comment aller au-delà de la question de la vérité des informations pour comprendre la nouvelle donne informationnelle qui bouscule les démocraties à travers le monde.

Sebastian Dieguez (Laboratoire de sciences cognitives et neurologiques, Université de Fribourg)

Sebastian Dieguez est chercheur en neurosciences cognitives au Laboratoire de sciences cognitives et neurologiques de l’Université de Fribourg, en Suisse. Il travaille sur la formation des croyances et la psychologie du complotisme. Parallèlement, il écrit régulièrement sur les rapports entre la psychologie et la fiction pour le magazine Cerveau & Psycho et rédige des fake news pour le journal satirique Vigousse. Son dernier livre est Total Bullshit! Au cœur de la post-vérité (Presses Universitaires de France).

  • DIEGUEZ S., Total Bullshit! Au cœur de la post-vérité, Paris, PUF, 2018
  • WAGNER-EGGER P., DELOUVEE S., GAUVRIT, N., DIEGUEZ S., «‑Creationism and conspiracism share a common teleological bias. », Current Biology, 28: R867-R868, 2018
  • DIEGUEZ S., « Post-truth: the dark side of the brain», Scientific American Mind, 28(5), 43-48, 2017
  • BRONNER G., CAMPION-VINCENT V., DELOUVEE S., DIEGUEZ S., DOUGLAS K., GAUVRIT N., LANTIAN A., WAGNER-EGGER P., «‑Luttons efficacement Contre les Théories du Complot », Le Monde, 29 juin : 5-6, 2016
  • DIEGUEZ S., WAGNER-EGGER P., GAUVRIT N., « Nothing Happens by Accident, or Does It? A Low Prior for Randomness Does Not Explain Belief in Conspiracy Theories », Psychological Science, 26(11), p. 1762-1770, 2015

Bullshit Epistemologies

Bullshit and bullshitting entail a disregard for truth, knowledge, and the values and methods associated with genuine inquiry. However, there are many processes that can lead to such epistemic negligence, just as there are many types of bullshit, each with varied consequences. Here I provide a broad overview of “bullshit epistemologies” from ongoing research in cognitive and social psychology, as well as philosophy and political science. Attitudes, biases, vices and beliefs encapsulated in concepts such as epistemic permissiveness, epistemic trespassing, epistemic spillover, pseudo-profound bullshit receptivity, discursive machismo, moral grandstanding, the guru effect, conspiracism and pseudo-rationality are all enablers of bullshit, but their respective mechanisms and interactions are still poorly understood. At this point in our so-called “post-truth” era, some conceptual clarification is in order, and the present talk is a preliminary attempt to do just that.

Sylvain Delouvée (LP3C, Rennes II)

Maître de conférences à l’Université de Rennes en psychologie sociale (membre du Laboratoire de psychologie – LP3C) et ancien vice-président de cette université en charge des finances, Sylvain Delouvée mène actuellement des recherches sur les croyances collectives et la pensée sociale. Il s’intéresse plus particulièrement aux comportements et conduites dites irrationnelles. Il effectue et anime régulièrement des conférences ou des formations portant sur les théories du complot, les rumeurs, l’esprit critique, les peurs collectives, les stéréotypes et les préjugés, les réseaux sociaux et participe également à des recherches-actions ou à des missions d’expertise. Il est directeur de rédaction de la revue scientifique Les Cahiers Internationaux de Psychologie Socialeet coordonne actuellement un projet de recherche de lutte contre la diffusion des théories du complot financé par l’ANR. Il est également l’auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de vulgarisation.

Publications récentes :

  • GAUVRIT, Nicolas & DELOUVÉE, Sylvain, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.
  • DELOUVÉE, Sylvain, Psychologie sociale. Manuels visuels de licence, Paris, Dunod, 2018
  • LO MONACO, Grégory, DELOUVÉE, Sylvain & RATEAU, Patrick, Les représentations sociales : théories, méthodes et applications, Bruxelles, DeBoeck, 2016
  • DELOUVÉE, Sylvain, Pourquoi faisons-nous des choses stupides ou irrationnelles ?!, Paris, Dunod, 2011.

 Infox, transmission et adhésion : l’enjeu de l’éducation

En France, le système scolaire se mobilise de plus en plus dans le développement de l’esprit critique et la lutte contre la propagation des idées complotistes. Ces initiatives font suite à une campagne de l’Éducation Nationale qui encourage les enseignant.es à développer des projets pour répondre au complotisme et aux fake news. Dans le cadre du projet ANR CONSPIRACY, nous avons souhaité en apprendre davantage sur la mentalité conspirationniste et les croyances des futur.es enseignant.es. Le questionnaire a été diffusé dans des établissements de formation des futur.es enseignant.es de huit pays européens (Angleterre, Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Italie et Norvège). Si les individus ont « de bonnes raisons de croire » (selon l’expression de Boudon, 2002 ) on peut alors s’interroger sur les « raisons de la croyance » aux croyances. Les premiers résultats de cette enquête européenne seront mis en perspective avec la double question de l’adhésion et de la transmission. Il semblerait qu’il puisse y avoir connaissance et transmission sans adhésion, mais aussi connaissance et adhésion sans transmission… Il n’apparaît donc pas qu’il y ait forcément et tout le temps de lien entre ces trois éléments.

Jacopo Domenicucci (Phare, université Paris 1)

Jacopo Domenicucci est normalien (Ulm AL), agrégé de philosophie, et travaille sur le concept de confiance depuis 2014. Il s’intéresse aussi au devenir de nos pratiques de confiance dans des sociétés numériquement connectées : La confiance à l’ère numérique (2018, Ed. Berger-Levrault et Ed. Rue d’Ulm) qu’il a co-dirigé avec le spécialiste du numérique Milad Doueihi, est le premier volume sur le sujet. En matière de désinformation, il a récemment publié « Can we trust post-truth? A Trojan Horse in Liberal Counterspeech » dans le volume scientifique Post-truth, Philosophy and Law (2019, Routledge).

  • Domenicucci, J., « Can we trust post-truth? » in Andina et Condello, Post-truth, Philosophy and Law, Routledge, 2019
  • Domenicucci, J., et Doueihi, M. (eds.) La confiance à l’ère numérique, Paris: Éditions Berger-Levrault et Éditions Rue d’Ulm, 2018
  • Domenicucci, J., (ed.) Trusting Institutions, Turin: Rosenberg&Sellier, 2018

 A Trojan Horse in liberal counterspeech.

Que fait-on lorsqu’on accuse son interlocuteur de produire de la « post-vérité » ou de colporter des « fake news » ? Que fait-on lorsque, en contestant une opinion, on soutient qu’elle repose sur des « fake news » ? À qui ce type d’activité langagière profite-t-il ? S’agit-il d’un outil rhétorique disponible pour des locuteurs qui tiennent à la défense d’un débat public ouvert ?

Maurizio Ferraris (Université de Turin)

Maurizio Ferraris est professeur titulaire de philosophie à l’Université de Turin, où il est vice-président de la recherche en sciences humaines et directeur du Laboratoire d’ontologie. Directeur de recherche au Collège d’études mondiales (Paris) et membre consultatif du Center for Advanced Studies of South East Europe (Rijeka) et de l’Internationales Zentrum Für Philosophie NRW, il est Doctor Honoris Causa en sciences humaines à l’Université de Flores (Buenos Aires) et à l’Université de Pécs. Il est chroniqueur pour La Repubblica et pour Neue Zürcher Zeitung, directeur de Rivista di Estetica, de Critique, de Círculo Hermenéutico editorial et de la Revue francophone d’esthétique. Il a écrit près de soixante livres qui ont été traduits en plusieurs langues. Il a travaillé dans le domaine de l’esthétique, de l’herméneutique et de l’ontologie sociale, associant son nom à la théorie de la documentation et du nouveau réalisme contemporain.

  • FERRARIS, M., Emergence, Les éditions du Cerf, 2018
  • FERRARIS, M., Postverità e altri enigmi, Bologna: il Mulino, 2017
  • FERRARIS, M., Filosofia teoretica, avec E. Terrone, Bologna: il Mulino,
  • FERRARIS, M., L’imbecillità è una cosa seria, il Mulino: Bologna, 2016
  • FERRARIS, M., Mobilitazione Totale, Roma-Bari: Laterza, 2015
  • FERRARIS, M., & B. MELANÇON, H. BEAUCHEF, and M. TRELEANI. Ame et iPad. Montréal: PU Montréal, 2014.
  • FERRARIS, M., Realismo Positivo, Torino: Rosenberg & Sellier, 2013
  • FERRARIS, M., Manifesto del nuovo realismo, Roma-Bari: Laterza, 2012
  • FERRARIS, M., Documentalità. Perché è necessario lasciar tracce, Roma-Bari: Laterza, 2009, seconda edizione 2010
  • FERRARIS, M., ECO, U., and DAUZAT, P.-E., T’es où ?  Ontologie du téléphone mobile. Paris: Albin Michel, 2006.

Communism realized

What if post-truth and concerns on privacy were only the emerged tip go the iceberg? Let’s try to look to the structure instead of the superstructure.
When I was a child, people kept talking about the coming collapse of Capitalism under the weight of its contradictions, and of the imminent advent of Communism. This repeated announcement was messianic and a bit boring, in addition to justifying right-wing governments that were supposed to save us from the Bolsheviks. After 1989 the story changed: Capitalism had won and was claiming one victory after another (which was a frustrating position, because it presupposed a very intelligent Capital and a very stupid Communism). The situation was made possible, paradoxically as it may seem, by a philosophical error: in deference to Hegel, Marx had seen contradiction as the engine of history, so he expected that Capital would collapse under the weight of its own contradictions thereby leaving room for Communism. The supporters of Capitalism then argued that there were no such contradictions, but what they did not see is that the new capital actually realized communism (one can excuse them, since not even the supporters of Communism seem to have noticed this circumstance).
So what if, indeed, communism had come true? What if the difficulties faced by the left depended on a realization instead of a failure? Despite what we might say and think, we are the closest society to communism that history has ever known – certainly closer than the historical experiences of communism have been. And let’s not forget that the greatest political experience of communism is still alive and kicking, given that China is starting to become the hegemonic power of the 21st century. If so, we should, as intellectuals, change our tone and come up with something new, instead of repeating the same old story that capitalism is bad and we should all regret communism. Communism is already here, in the ongoing revolution. It is a matter of understanding it and conceptualizing it. The workers have control of the means of production, there is no more alienation and division of labor, the society is classless and stateless, there is a new international, there is a dictatorship of the proletariat: in short, all the characteristics that Marx attributed to communism are very common in many contemporary societies that believe themselves to be capitalist.
Think about it. The mobile phone with which we create data, i.e. wealth, belongs to us,  just like the house we rent on Airbnb or the car we use to work for Uber: we are the owners of the means of production. Hence the end of alienation: the difference between working time and living time has vanished, we all do a large number of things instead of exercising a repetitive monotonous task over time, and work has turned into a mobilization without borders. The difference between intellectual work and manual labor is now blurry: more and more people in Western societies use their arms and legs to keep fit, and use fingers to work with a keyboard; physical fatigue is usually no longer part of the equation, because the bulk of the work is done by machines and we only have one job, that of living and consuming. We are moving towards a society without classes (which exist as income brackets but not as identity and behavioral marks) and without state (the state prerogatives of the legitimate exercise of force, biopolitical knowledge, minting and post are progressively shifting to extra-state agencies). Despite the occasional sovereignists, no less outdated than the Restoration of 1814, what he have is a globalized society, i.e. a new international, except this time it is effective: this is why it’s frightening, because it is a reality and not a vague romantic ideal. Finally, the populism that is taking hold in Europe and America is the realization of that intermediate phase between bourgeois society and communism that Marx had called “dictatorship of the proletariat”.
None of this contradicts Marx’s idea of communism, which does not represent an ideal or a doctrinal core, but a real political movement, a deconstruction that abolishes the present state of things. Now, there has not been a more deconstructive movement than capitalism, and the ongoing revolution is itself an enterprise aimed at reversing the current state of affairs. As Marx knew very well, capital is the condition for the realization of communism. However, this is not because of its internal contradictions (as Marx thought due to a residue of Hegelianism: these contradictions are nowhere to be seen), but because of emergence, that is, in virtue of the revelations we will now examine. Capitalism, as Marx well knew, is much more revolutionary than we might think.

Divina Frau-Meigs (CREW, Université Sorbonne Nouvelle, membre du groupe d’experts de haut niveau sur la désinformation de l’UE)

Divina Frau-Meigs est normalienne, agrégée et professeur à l’université Sorbonne Nouvelle. Elle y coordonne un axe sur les médias dans la mondialisation et y a créé le master pro AIGEME (Applications Informatiques : Gestion, Education aux Médias, E-formation). Boursière Fulbright et Lavoisier, elle est diplômée de l’Université de la Sorbonne, de l’Université de Stanford (Palo Alto) et de l’Annenberg School for Communications (Université de Pennsylvanie à Philadelphie). Entre 2013 et 2015, elle a été directrice du CLEMI, le Centre pour l’Education aux Médias et à l’Information. Entre 2016 et 2017, elle a présidé le Défi 8 “Sociétés innovantes intégrantes et adaptatives”, Agence Nationale de la Recherche (ANR). Elle est responsable de la chaire UNESCO « Savoir Devenir à l’ère du développement numérique durable » et préside le chapitre européen de GAPMIL, l’Alliance Globale des Partenaires en Education aux Médias et à l’Information.
Sociologue des médias, elle est spécialiste des contenus et comportements à risque (radicalisation, désinformation, …) ainsi que de questions de réception et d’usage des technologies de l’information et de la communication (socialisation, jeu, transmédias,…). Elle explore également les nouvelles littératies et les pédagogies innovantes et a obtenu le « Global MIL Award », délivré par l’UNESCO et l’Alliance des Civilisations, pour le MOOC DIY EMI (Do It Yourself Education aux Médias et à l’Information).
Divina Frau-Meigs est experte auprès de l’UNESCO, de la Commission européenne, du Conseil de l’Europe et d’autres instances gouvernementales en France (CSA, CNIL, ministère de l’éducation, de la culture, …) et dans d’autres pays (Uruguay, Egypte, Brésil, Maroc, …). Elle est membre du Groupe d’experts de haut niveau sur la désinformation et elle fait partie de l’Observatoire Européen sur l’Intelligence Artificielle.

Publications récentes :

  • FRAU MEIGS, D., Faut-il avoir peur des « fake news » ?, Paris : Documentation française, (à paraître juin 2019).
  • FRAU MEIGS, D., Societal Costs of Fake News, IPOL, Directorate General for Internal Policies,  2018, http://www.europarl.europa.eu/RegData/etudes/STUD/2018/626087/IPOL_STU(2018)626087_EN.pdf
  • FRAU MEIGS, D., « Créativité, éducation aux médias et à l’information, translittératie: vers des humanités numériques », numéro spécial « Humanités numériques : vers l’institutionnalisation », Quaderni 98 (hiver 2018-19) :87-106.
  • HASSAN G., S. BROUILLETTE-ALARIE, S. ALAVA, D. FRAU-MEIGS, L. LAVOIE, A. FETIU, « Exposure to Extremist Online Content Could Lead to Violent Radicalization: A Systematic Review of Empirical Evidence », International Journal of Developmental Sciences, vol. 12 n° 7, 2018, P. 1-18
  • ALAVA, S., D. FRAU-MEIGS, G. HASSAN, « Comment qualifier les relations entre les médias sociaux et les processus de radicalisation menant à la violence ? Note de synthèse internationale », Quaderni, vol. 95 n°1, 2018, p. 39-52.
  • FRAU-MEIGS D., O’NEIL B., Tome, V. Competences in Digital Citizenship Education : Overview and New perspectives. Strasbourg : Council of Europe, 2017.
  • ALAVA S., FRAU-MEIGS D., HASSAN G., Social Media and the Radicalization of Youth in the Digital Era, Paris : Unesco, 2017 (en français et en anglais).
  • FRAU-MEIGS D., I. VELEZ, MICHEL FLORES, J. (sous la dir.), Public Policies in Media and Information Literacy in Europe. Cross-Country Comparisons. London: Routledge, 2017.

Un répertoire de solutions  : auto-régulation, régulation et éducation

S’il existait une panacée pour lutter contre  la désinformation, ça se saurait ! Il faut donc se doter d’un répertoire de solutions, pour toucher toutes sortes de publics et créer une vaste chambre d’écho distribuée sur les médias de masse comme sur les médias sociaux. Se doter d’une telle cartographie peut être un moyen puissant et agile pour préparer des réponses et susciter un vaste plan de résilience à l’échelle d’un problème trans-frontière.
Toute une série de réponses soft et hard, tant en amont qu’en aval seront donc proposées, passant en revue la typologie des acteurs, leurs types d’action et les critères pour les mesurer et les évaluer.  Et ce, selon les trois grands axes de solution en démocratie et état de droit, à savoir l’auto-régulation (vérifier, filtrer, médier), la régulation (légiférer, financer, prévenir, protéger) et l’éducation (former, mobiliser, observer). Les nouveaux enjeux de la co-régulation et de la ré-intermédiation (contenir, évaluer) seront également mis en perspective, pour éviter de tomber dans le double piège que les fake news tendent aux démocraties : la privatisation de la police de l’internet (au profit des plateformes de médias sociaux de masse) et l’interférence abusive des autorités publiques (au détriment de l’indépendance des médias).

Benjamin Icard (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Benjamin Icard est normalien en philosophie et docteur en sciences cognitives de l’ENS-Ulm et de l’Institut Jean Nicod. Ses recherches se situent à l’interface de l’épistémologie et de la logique, et portent sur la définition de la qualité de l’information et sur l’évaluation des sources d’information et de désinformation. Benjamin Icard va débuter prochainement un post-doctorat à l’Institut Jean Nicod sur la détection des stratégies de désinformation en contexte civil et militaire.

En 2018, il a participé à l’ouvrage The Oxford Handbook of Lying, dans un chapitre rédigé avec P. Egré sur “Lying and Vagueness” , p. 354–69, https://doi.org/10.1093/oxfordhb/9780198736578.013.27

L’évaluation des stratégies informationnelles : cas standards et non-standards de tromperie

L’évaluation des stratégies informationnelles consiste à déterminer la catégorie du message véhiculé par la stratégie en question. Le message est-il qualitativement bon ou mauvais ? S’agit-il d’une information factuelle ou d’un mensonge, d’une désinformation ou d’un cas d’omission, etc.? Dans cet exposé, je m’appuierai sur la procédure d’évaluation couramment employée par les services de renseignement afin de proposer une taxonomie des messages d’information. Concernant les messages trompeurs, je distinguerai les stratégies dites ” standards” (et qui reposent sur des contenus soit clairement vrais soit clairement faux, et des sources soit clairement honnêtes soit clairement malhonnêtes), des stratégies dites “non-standards” (et qui reposent sur des contenus et des sources à la limite entre la vérité et la fausseté, l’honnêteté et la malhonnêteté).

Francis Larran (ANHIMA)

Francis Larran est agrégé d’histoire, enseignant au lycée Martin Luther King à Bussy saint Georges (77) et chercheur associé à ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques). Spécialiste de la Grèce ancienne, il s’intéresse plus particulièrement  à l’historiographie, l’histoire politique et l’histoire des représentations. La rumeur fût au centre de ses recherches depuis sa thèse soutenue en 2008 et intitulée « De kleos à phèmè. Approche historique de quelques termes signifiant rumeur et renommée dans la littérature grecque ancienne, depuis Homère jusqu’à Polybe ». En 2011, Francis Larran publie Le bruit qui vole : Histoire de la rumeur et de la renommée en Grèce ancienne aux Presses Universitaires du Mirail.

Publications récentes :

  • LARRAN, F., L’histoire labyrinthe. L’Expédition de Sicile chez Thucydide (déposé aux Éditions de la Sorbonne)
  • LARRAN, F., « Bruits publics et monde divin en Grèce ancienne », dans J. ROUX (dir.), Rumeurs et renommées dans le monde biblique, Paris (à paraître).
  • LARRAN, F., Sparte à bonne distance. Réflexions sur le proche et le lointain en Grèce ancienne, Paris : De Boccard, 2018.
  • LARRAN, F., Pisistrate à contretemps. Itinéraires anachroniques d’un tyran athénien, Paris : L’Harmattan, 2014.
  • LARRAN, F., Le bruit qui vole : Histoire de la rumeur et de la renommée en Grèce ancienne, Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, coll. Tempus antique, 2011.

De la sotte naïveté des Athéniens face à la rumeur

En 555 avant J.-C., Pisistrate prend le pouvoir à Athènes grâce à une fausse rumeur assurant qu’Athéna le ramène en char dans sa cité. La sotte naïveté des Athéniens devant le stratagème du tyran ouvre des pistes de réflexion utiles pour éclairer le rapport des Grecs à la rumeur et à l’opinion. Soumise à trois niveaux de lecture, l’anecdote rapportée par Hérodote, I, 60-61 montre combien le phénomène rumoral ancien a partie liée avec le vraisemblable (eikos). Replongée dans son contexte archaïque, la réaction des Athéniens permet de comprendre comment Pisistrate agit en maître du vraisemblable afin de passer pour un Maître de vérité aux yeux de ses contemporains. Envisagée dans son présent de production, la remarque d’Hérodote à l’égard des Athéniens introduit au débat consacré à la véracité des traditions orales qui agite les Grecs à l’époque classique : aux premières enquêtes d’Hérodote et de Thucydide qui soumettent les rumeurs à leur sagacité critique s’oppose la réhabilitation des on-dit comme source de connaissance entreprise par Isocrate, Eschine ou Aristote. Replacée dans les structures annulaires de L’Enquête, l’anecdote montre enfin comment Hérodote met la rumeur de Pisistrate au service d’une démonstration morale qui utilise, elle aussi, le vraisemblable pour donner à penser l’histoire de la démocratie impérialiste athénienne.

Giovanni Maddalena (Université de Molise)

Giovanni Maddalena (PhD, Roma Tre) est professeur d’histoire de la philosophie à l’Université de Molise, Italie. Il travaille sur la philosophie américaine, en particulier sur Charles S. Peirce et les pragmatiques classiques. Il est l’auteur de nombreux livres et de plus d’une centaine d’articles scientifiques. Boursier Fullbright (2010), Professeur Invité à l’École Normale Supérieure (2015), professeur invité à l’Université de Sao Paulo (Brésil), Santa Fe (Argentine), il a proposé un nouveau paradigme du raisonnement dans La philosophie du geste (Montréal, McGill-Queen’s 2015). Il est membre Sénior de l’Institut de la pensée américaine (IUPUI, Indianapolis) et membre du conseil scientifique du département de philosophie de l’École normale supérieure (Paris).
Il est fondateur et rédacteur en chef du Journal European Journal of Pragmatism and American Philosophy, fondateur et président de l’Associazione Pragma, fondateur et directeur du Vasily Grossman Study Center. Il dirige la série Biblioteca del Leonardo chez Editore Carabba.

Publications récentes :

  • MADDALENA, G. (con Guido Gili), Chi ha paura della post-verità?, Milano: Marietti, 2017
  • MADDALENA, G., The Philosophy of Gesture, Montreal: McGill-Queen’s University Press, 2015
  • MADDALENA, G., Peirce, Brescia: Editrice La Scuola, 2015
  • MADDALENA, G., Il pragmatismo. Dalle origini agli sviluppi contemporanei, a cura di R.M Calcaterra, G. Maddalena, G. Marchetti, Carocci, Roma, 2015
  • MADDALENA, G., The reception of Peirce in the world. Edited by Giovanni Maddalena and Alessandro Ballabio. European Journal of Pragmatism and American Philosophy, V, 1/14, 2014
  • MADDALENA, G., Pragmatism and Creativity. Edited with F. Zalamea. European Journal of Pragmatism and American Philosophy V, 1/13, 2013
  • MADDALENA, G., Alle origini del pragmatismo. Corrispondenza tra Charles S. Peirce e William James, a cura di M. Annoni e G. Maddalena, Aragno, Torino, 2011
  • MADDALENA, G., Itinerari Pragmatisti, Paradigmi XXVIII, 3/2010, edited by R. Calcaterra e G. Maddalena, FrancoAngeli, Milano, 2010
  • MADDALENA, G., Cura e introduzione di O. Barfield, Salvare le apparenze, Marietti 1820, Milano, 2010

Who’s afraid of Post Truth?

The Oxford Dictionary elected “post-truth” word of the year 2016. The word is new, not as new as its concept and history, which is more than a century long. So why all of this sudden attention, this burst of interest and concern over this topic, but moreover, why today? The paper argues that during the 20th century, when means of propaganda and manipulation were further improved, the concepts of truth and reality deeply changed; these concepts, despite being subjected to major transformations, have always kept a mutual recall, so as to create a bank against manipulating actions and agendas. The new cultural landscape and the new communication practices have willingly or unwillingly generated some unexpected impacts. Among the most relevant: the intrusion into the political and media scene by new “unauthorised” subjects, who demonstrated to be able to use these powerful tools very successfully. The The possibility to access and control  from the bottom of the “horizontal” communication of social media through a systematic and coordinated use of posts and messages. The risk of the growth of phenomena of self-reference on the Web, where communication takes place above all among peers and do not facilitate the openness to the other and the different. This unprecedented scene, with its new risks, poses serious questions about the fate of democracies, so that on many sides people wondered which were the strategies of resistance and contrast. The paper takes into account and critically analyses the main options available in the present debate, and eventually puts forward an original proposal.

Marie Matard-Bonucci (IHTP, Université Paris 8)

Marie Matard-Bonucci est normalienne, agrégée d’histoire, docteur en histoire, ancien membre de l’École française de Rome, membre de l’Institut universitaire de France. Elle est professeure d’histoire à l’université Paris 8. Chercheuse à l’Institut d’Histoire du Temps Présent, elle est responsable du CERA (Cercle d’Enseignement et de recherche contre les racismes et l’antisémitisme). Elle est présidente de l’Association ALARMER (Association de lutte contre l’antisémitisme et les racismes par la mobilisation de l’Enseignement et de la Recherche).

Dans le champ de l’histoire politique et culturelle, Marie Matard Bonucci se consacre à l’histoire du fascisme et du totalitarisme et à la question de l’antisémitisme, de la propagande par l’image ou des criminalités organisées. Ses recherches ont pour fil conducteur la violence, et ses enquêtes ont eu pour terrain principal mais non exclusif l’Italie contemporaine.

Publications récentes :

  • MATARD-BONUCCI, M.-A., Totalitarisme fasciste. Paris, Cnrs Éditions, 2018.
  • MATARD-BONUCCI, M.-A., Democrazia insicura. Violenze, repressioni e Stato di diritto nella storia della Repubblica (1945-1995), Rome, Donzelli, 2017. (co-direction)
  • MATARD-BONUCCI, M.-A., « Antisémitisme(s) : un éternel retour ? », numéro spécial de la Revue d’histoire moderne contemporaine n° 62-2/3, no. 2 (October 9, 2015) (direction).
  • MATARD-BONUCCI, M.-A., « L’Histoire devant le racisme et l’antisémitisme‑», in Histoire@politique, n°31, janvier-avril 2017.
  • MATARD-BONUCCI, M.-A., L’Italie fasciste et la persécution des Juifs, Paris: PUF, 2012.

Vérités et mensonges des « antisémythes » à l’époque contemporaine

La rumeur est au cœur même de l’imaginaire antisémite et des pratiques de persécution qui l’ont accompagné. Les fausses accusations charriées par l’antisémitisme chrétien à partir du XIIe siècle – peuple déicide, crimes rituels, profanation d’hosties, etc. – ont nourri une longue tradition d’hostilité dont les thèmes ont été recyclés, adaptés et modernisés à l’époque contemporaine.

L’antisémitisme fonctionne bien comme un mythe : au sens anthropologique du terme, la pensée antisémite permet de rassembler des groupes humains autour d’une même lecture du réel, se proposant comme un « prêt à penser » mobilisable dans les contextes de changement ; mythe au sens politique également, soit un levier mobilisateur, pour l’action. Parce qu’ils ne parlent pas des juifs, mais de leurs détracteurs, les mensonges véhiculés par les antisémythes peuvent être analysés au prisme de l’histoire à condition de prendre en compte le rapport spécifique au réel et à la vérité induit par leur dimension mythique.

Guillaume Mazeau (CRH19, Université Paris 1)

Guillaume Mazeau est maître de conférences à l’Université de Paris I-Panthéon Sorbonne en histoire moderne (Centre d’histoire du XIXe siècle) et associé à l’Institut d’histoire du Temps présent. Il s’intéresse à l’histoire de la Révolution française, mais aussi à l’évolution de sa conscience historique à travers toutes ses formes non académiques, dont il tente d’explorer les possibilités pour recharger une histoire abîmée. Sa démarche consiste à lier ensemble recherche, enseignement et transmission en s’impliquant dans des expériences au musée (salles révolutionnaires du musée Carnavalet-Histoire de Paris, 2015, parcours de visite de la Conciergerie, 2016, maison Robespierre à Arras à venir), au théâtre (Ca Ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat, 2015, Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini, 2015) ou au cinéma (Un peuple et son roi, Pierre Schoeller, 2019). Ces expériences de réécriture donneront lieu à un essai, qui paraîtra bientôt chez Fayard.

Publications récentes :

  • MAZEAU, G., L’histoire comme émancipation, Agone, 2019 (avec L. De Cock et M. Larrère)
  • MAZEAU, G., La Révolution française. Une histoire au présent, Fayard, (à paraître)
  • MAZEAU, G., La Conciergerie, Éditions du Patrimoine, à paraître en 2019
  • MAZEAU, G., L’Histoire en Liberté. Mélanges pour Jean-Clément Martin, Publications de la Sorbonne, à paraître (avec Virginie Martin)
  • MAZEAU, G., Duquesnoy. Un révolutionnaire malgré lui. Journal (mai-octobre 1789), Mercure de France, 2016 (édition)
  • MAZEAU, G., Pour quoi faire la Révolution, Agone, 2012 (avec J.-L. Chappey, B. Gainot, F. Régent et P. Serna)

Ce que fait la révolution à la rumeur, ce que la rumeur fait à la révolution : du rôle politique des bruits et fausses nouvelles pendant la Révolution française.

Comme d’autres crises politiques, la Révolution française est un bon point d’observation pour comprendre le statut des rumeurs, ainsi que leur rôle dans le fonctionnement des relations sociales ou du débat public. Se présentant comme les « fils des Lumières », les patriotes de la fin du XVIIIe siècle sont, a priori, les ennemis par excellence des rumeurs, dénoncées comme les filles des superstitions, les armes du despotisme ou des accélérateurs d’émotions et de violences populaires. Appuyés sur la raison sensible et l’éducation, les révolutionnaires entendent ainsi régénérer l’« esprit public ». Pourtant, ils se trouvent eux-mêmes pris dans des contradictions : au moins depuis l’été 1788, la révolution à laquelle ils participent a considérablement aggravé la situation de l’Ancien Régime. Rarement le statut du « fait », de la vérité et de la qualité de l’information aura été autant contesté, alors que cette stabilisation s’avère cruciale, non seulement pour la survie du nouveau régime, mais aussi pour l’exercice d’un débat public reposant sur des bases communes. Les rumeurs deviennent donc un des problèmes politiques les plus récurrents du processus révolutionnaire et engagent, dans tous les domaines, politiques, sociaux, artistiques ou journalistiques, un combat de représentations pour définir la crise en cours.

Gloria Origgi (Institut Jean Nicod, CNRS-ENS-EHESS)

Gloria Origgi est chercheur au CNRS à Institut Jean Nicod. Elle mène des recherches en épistémologie sociale, philosophie des sciences sociales, cognition sociale et épistémologie du web. Elle s’est consacrée durant les cinq dernières années aux mécanismes de confiance qui sous-tendent les pratiques épistémiques. L’ensemble complexe des raisons, des réactions affectives et de dépendances qui incitent les gens à faire confiance aux autres et à acquérir de nouvelles croyances est au cœur de ses recherches sur l’épistémologie de la confiance. Elle s’est concentrée sur le rôle de la réputation comme source de justification épistémique. L’épistémologie de la réputation, c’est-à-dire la façon dont les gens utilisent l’information pour conférer une autorité épistémique, est toujours au cœur de ses recherches et s’articule autour de divers axes de recherche, comme l’influence des préjugés sexistes sur la crédibilité et le rôle des réseaux sociaux et autres interactions sur Internet dans le filtrage de l’information.

Publications récentes :

  • Collectif, & ORIGGI, G., Passions sociales. Paris : Presses Universitaires de France – PUF., 2019
  • ORIGGI, G, La réputation : qui dit quoi de qui. Paris : PUF, DL 2015.
  • ORIGGI, G, Repenser l’interdisciplinarité, Slatkine, 2010.
  • ORIGGI, G, La Figlia della Gallina Nera was published in Italy by Nottetempo,
  • ORIGGI, G., Qu’est-ce que la confiance ?, Paris, France : Librairie philosophique, J. Vrin, 2007 (traduit en italien et anglais)

 The Authority of Science in a Post-Truth World

In this paper I claim that the virtue of doubt can be viciously recruited in order to spread fake scientific news. There is a huge literature in epistemology that discusses the detrimental effects of spreading doubt against important scientific results such as evidence for climate change or for the utility of vaccines or else about the link between tobacco and lung cancer. Yet, most of this literature sees the spread of doubt as a cause of the spread of epistemic vices in the scientific community and in the larger audience. In his last book, the philosopher Quassim Cassam draws a list of epistemic vices that includes: gullibility, dogmatism, prejudice, closed-mindedness, negligence, intellectual arrogance, wishful thinking. Yet, the way in which scientific news spread today, by social media and other unverified sources, makes difficult for the public to verify themselves what is reliable and what is not. In this perspective, reasonable doubt can spread in a situation in which the public can only express consent or dissent to news people cannot reasonably verify themselves.

Magali Reghezza-Zit (CERES, ENS)

 

Magali Reghezza est géographe, maître de conférences à l’École normale supérieure, directrice du CERES (Centre de formation sur l’environnement et la société). Sa recherche porte sur les risques naturels et les questions de vulnérabilité et de résiliences urbaines. Elle étudie plus largement les questions environnementales (rapport nature/société, développement et aménagement durable) dans la ville. Magali Reghezza prend part à de nombreux projets interdisciplinaires et a pu mener l’étude ici présentée, sur les rumeurs à Saint Martin après l’Ouragan Irma dans le cadre du projet ANR TIREX (Transfert des apprentissages de Retours d’EXpériences scientifiques pour le renforcement des capacités de réponse et d’adaptation individuelles et collectives dans un contexte de changement climatique – Petites Antilles du Nord – saison cyclonique 2017) qui a répondu à l’appel « flash ouragan 2017 ».

Publications (ouvrages) :

  • REGHEZZA, M., Des hommes et des risques. Menaces locales, menaces globales, Documentation photographique – Les dossiers, n°8113 – Septembre-Octobre 2016, 64 p.
  • GHORRA-GOBIN, C., REGHEZZA, M., (dir.), Entre local et Global : les territoires dans la mondialisation, Éditions du manuscrit, 2015
  • REGHEZZA, M., RUFAT, S. (Eds), The Resilience Imperative. Uncertainty, Risks and Disasters, Elevier-ISTE, 262 p., paru en français sous le titre Résiliences. Les sociétés face aux risques, aux catastrophes et à l’incertitude, ISTE Éditions, 2015, 226 p.
  • DJAMENT-TRAN, G., REGHEZZA, M.  (dir.), Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes, Éditions du manuscrit, 2012, 364 p.
  • REGHEZZA, M., Paris coule-t-il ?, Fayard, Paris, 2011, 350 p.

Les rumeurs et les crises. Exemple de l’après ouragan Irma à Saint-Martin (2017)

Notre exposé cherche à montrer comment les rumeurs naissent, se développent, meurent aussi, dans le cas des catastrophes naturelles et des situations de crise qu’elles provoquent. Pour cela, nous examinons le cas des rumeurs qui ont circulé pendant la saison des ouragans de septembre 2017 dans Antilles française, plus précisément les îles du Nord. En septembre 2017, les îles françaises de Saint-Martin et Saint-Barthélémy ont été dévastée par trois cyclones extrêmement violents (Irma, José, Maria). Durant les semaines qui ont suivi, de nombreuses rumeurs ont vu le jour. Dans le cadre un programme financé par l’ANR, nous avons pu interroger plusieurs acteurs impliqués dans la gestion, sur place, en Guadeloupe et en métropole. Ces derniers ont évoqué ces rumeurs et le rôle qu’elles ont pu jouer dans le processus de gestion de crise. En croisant les différents témoignages, nous avons pu reconstituer la genèse de deux de ces rumeurs : l’évasion générale du centre pénitentiaire situé dans la partie hollandaise de Saint-Martin et l’insécurité généralisée avec des îles livrées aux pillards. Nous avons également pu travailler sur les rumeurs concernant le nombre de victimes.

Juliette Roussin (Université de Montréal)

Juliette Roussin, actuellement post-doctorante à l’Université de Montréal, a soutenu en 2016 une thèse intitulée « Fonder la légitimité démocratique : conceptions majoritaires, constitutionnelles et épistémiques de la démocratie », réalisée sous la direction de Fabien Spitz.
Son projet de recherche vise à examiner la plausibilité d’une justification épistémique de la démocratie. Cette dernière ne peut, selon Juliette Roussin, reposer uniquement sur les vertus de la délibération publique et son association au principe de la majorité mais doit aussi prendre en compte les conditions sociales de l’égalité démocratique : égalité de statut, de compétence et d’engagement civique entre les membres de la communauté politique.

Publications récentes :

  • ROUSSIN, J., « Deux conditions de la légitimité démocratique », Philosophiques, 2019, vol. 46, n°1, p. 45-66.
  • ROUSSIN, J., « Les conditions normatives de la légitimité démocratique : contraintes contextuelles », in M. Bessone (dir.), Les méthodes en philosophie politique, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 119-135.
  • ROUSSIN, J., « Frontiers of Responsibility for Global Justice », numéro spécial coordonné avec C. Gould et M. Unger, Journal of Social Philosophy, 2018, vol. 49, n°3.

Does democracy require epistemic equality?

Does democratic equality, understood as the equal share of political control among members of a political community, require epistemic equality? The fact that citizens’ political judgments are not similarly informed, consistent, and well-considered has been invoked by some as a compelling argument against democracy. My argument rejects this antidemocratic conclusion. But it also departs from the opposite conception, according to which epistemic inequality among members of the political community does not affect democratic equality and is irrelevant to the kind of respect they are owed qua citizens. I argue that democratic equality does require that citizens be equally capable of expressing considered political judgments on political affairs. Epistemic equality is required by democratic equality, not on instrumental grounds as a condition for democracy’s epistemic successes and legitimacy, but out of respect for citizen’s democratic agency.

[Participants de la Table ronde jour 1]

Romain Badouard, CARISM, Paris 2

Romain Badouard est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas, chercheur au CARISM (Centre d’Analyse et de Recherche Interdisciplinaires sur les Médias), et enseignant à l’IFP (Institut Français de Presse). Ses recherches portent sur les enjeux de régulation et de gouvernance d’internet, ainsi que sur les mobilisations politiques et la participation citoyenne en ligne. Il est par ailleurs corédacteur en chef de la revue Participations, revue de sciences sociales sur la démocratie et la citoyenneté. Il a publié en 2017 Le désenchantement de l’internet. Désinformation, rumeur, propagande, chez FYP Éditions.

Manuel Cervera-Marzal (LabexMed, FNRS)

Manuel Cervera-Marzal est chargé de recherche à l’Université de Liège et chercheur post-doctoral au LabexMed (Université Aix-Marseille, DICE). Il est qualifié aux fonctions de Maître de conférences en science politique, philosophie et sociologie et diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris (2010). Sa thèse effectuée sous la direction de Justine Lacroix et Etienne Tassin, fût consacrée l’histoire, aux pratiques et à la théorie de la désobéissance civile.  Il a mené une recherche sur la philosophie politique contemporaine (Abensour, Castoriadis, Habermas, Laclau, Lefort, Mouffe, Rancière, Rawls) et une réflexion épistémologique sur les modes d’articulation entre sociologie, philosophie politique, histoire des idées et science politique. Ses recherches actuelles portent sur le parti politique espagnol Podemos, sur le Parti du Travail de Belgique et sur la France Insoumise. Il compare le fonctionnement interne de ces organisations, les trajectoires de leurs membres et les idées politiques de leurs dirigeants.

Publications récentes :

CERVERA-MARZAL, Manuel, Post-vérité : faut-il s’en réjouir ?, Éditions Le Bord de l’eau, 2019.

Sandra Laugier (ISJPS, Université Paris 1)

Sandra Laugier est professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et membre senior de l’institut Universitaire de France. Son domaine de spécialisation est la philosophie contemporaine : philosophie du langage ordinaire (Wittgenstein, Austin, Cavell), la philosophie morale anglophone et l’éthique féministe du care, la démocratie radicale et la désobéissance civile, les études de genre et  la culture populaire (séries télévisées). Parmi ses plus récentes publications : Le principe démocratie (avec A. Ogien), La Découverte, 2014. Recommencer la philosophie – Cavell et la philosophie américaine aujourd’hui, Vrin, 2014 . Antidémocratie (avec A. Ogien), La Découverte, 2017. Formes de vie (ed. avec Estelle Ferrarese, 2018). Nos vies en séries (à paraître, 2019)

Publications récentes (ouvrages) :

  • LAUGIER, S., Nos vies en séries, (à paraître, 2019)
  • LAUGIER, S. & FERRARESE, E. (éds.), Formes de vie, CNRS Éditions, 2018
  • LAUGIER, S., Antidémocratie, (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2017
  • LAUGIER, S., Etica e politica dell’ordinario, Milano, LED Edizioni, 2015
  • LAUGIER, S., Recommencer la philosophie. Stanley Cavell et la philosophie en Amérique, Paris, Vrin, 2014
  • LAUGIER, S., Le Principe démocratie (avec Albert Ogien), Paris, La Découverte, 2014