« Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée

Maître de conférences habilité à diriger des recherches (HDR) à l’Université de Rennes en psychologie sociale (membre du Laboratoire de psychologie – LP3C), Sylvain Delouvée s’intéresse aux croyances collectives et la pensée sociale. Il étudie plus particulièrement les comportements et conduites dites irrationnelles. Il effectue et anime régulièrement des conférences ou des formations portant sur les théories du complot, les rumeurs, l’esprit critique, les peurs collectives, les stéréotypes, les préjugés et les réseaux sociaux et participe également à des recherches-actions ou à des missions d’expertise. Sylvain Delouvée coordonne actuellement un projet de recherche de lutte contre la diffusion des théories du complot financé par l’ANR. Il est également l’auteur ou le co-auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et de vulgarisation.1

Nous avons souhaité interroger Sylvain Delouvée sur les liens possibles entre théories du complot et ignorance produite, à la lumière de sa discipline.

Semer le doute, est-ce une première étape dans la fabrication de l’ignorance ?

Distinction entre le doute se rapportant à une forme d’hypercritique et l’ignorance qui peut résulter de l’influence de facteurs externes. Expériences de Stanley Milgram en 1969 et de John Darley et Bibb Latané2 en 1968 montrant que dans une situation inconnue, nous nous rapportons souvent aux autres pour savoir comment agir ; le phénomène d’ignorance collective.

Continuer la lecture de « « Les théories du complot, une forme de production d’ignorance ? », entretien avec Sylvain Delouvée »
  1. Ouvrages récents : GAUVRIT, Nicolas & DELOUVÉE, Sylvain, Des têtes bien faites. Défense de l’esprit critique, Paris, Presses Universitaires de France, 2019.
    DELOUVÉE, Sylvain, Psychologie sociale. Manuels visuels de licence, Paris, Dunod, 2018
    LO MONACO, Grégory, DELOUVÉE, Sylvain & RATEAU, Patrick, Les représentations sociales : théories, méthodes et applications, Bruxelles, DeBoeck, 2016
    DELOUVÉE, Sylvain, Pourquoi faisons-nous des choses stupides ou irrationnelles ?!, Paris, Dunod, 2011. []
  2. Bibb Latané et John Darley, « Group inhibition of bystander intervention in emergencies », Journal of Personality and Social Psychology, vol. 10, no 3,‎ novembre 1968, p. 215–221 PMID 5704479, DOI:10.1037/h0026570. []

Ignorance et production de doute

Certains auteurs rangent dans la rubrique « production d’ignorance » les stratégies de production du doute à l’égard de connaissances fiables. Au-delà du cas paradigmatique que Proctor explore dans Golden Holocaust, celui de l’industrie du tabac, sur lequel existent les archives publiques les plus nombreuses, ces exemples montrent comment, dans certains contextes, on peut « jouer » la science contre la science, utiliser les formalismes, les attributs et l’apparence de la science pour fragiliser de la connaissance fiable, entreprise qui est loin d’être triviale. En ce sens, l’analyse d’épidémiologie biaisée, de publications « fantômes », de pressions sur l’expertise, de financement intéressé, pose une question classique en philosophie : celle de la démarcation, c’est-à-dire de la distinction entre la science et ses avatars. Comment faire la différence entre une démarche qui concourt à l’accroissement de la connaissance et une autre qui tend à la saper, quand, dans les deux cas, interviennent des énoncés identiques (« il faut plus de recherches », « corrélation n’est pas causalité », « il y a plusieurs causes »), des acteurs scientifiques, voire des publications revues par les pairs ? Toute cette thématique s’est intéressée aux manières très concrètes dont on peut retarder une enquête, en imposant à l’action publique des niveaux de certitude démesurés ou en finançant des recherches sur les « autres facteurs », ce qui revient à jouer les normes de la science contre la science. 

Quelques titres de cette thématique1

Un exemple revient souvent, dans ces études : un mot d’ordre, présent dans les archives internes des cigarettiers, saisies et mises en ligne par la justice américaine, dans lequel un communicant affirme : « Notre produit, c’est le doute. » Dans ce court texte, le maintien stratégique d’une controverse, elle-même lourdement financée, est conçu comme un moyen de poursuivre la commercialisation du tabac et d’échapper aux condamnations comme aux interdictions. Il s’agit de chercher, patiemment et méthodiquement, à mobiliser et instrumentaliser certaines catégories maîtresses : le doute, la controverse, voire l’idée de « bonne science » (sound science). C’est ainsi qu’est née l’expression « marchands de doute », symbolisant la promotion intéressée du doute à l’égard de l’expertise, de la science réglementaire et publiée.

C’est également ce sens, stratégique, qui a occupé des auteurs aussi divers que Naomi Oreskes et Erik Conway au sujet du climato-scepticisme, Wendy Wagner et Thomas McGarity sur le terrain juridique, Gerald Markowitz et David Rosner à propos de la silicose, du chlorure de vinyle ou du plomb, mais aussi David Michaels sur de nombreux toxiques, dans des études historiques. Dans tous ces derniers exemples, il ne s’agit plus de retirer des éléments de connaissance de l’espace public : les auteurs ont étudié la manière dont une connaissance stable et fiable pouvait se retrouver fragilisée et, par là, ne plus apparaître comme connaissance aux yeux du public et des décideurs.

On pourrait objecter que rendre une connaissance douteuse n’est pas la même chose que « créer de l’ignorance ». Tout dépend alors de l’approche de la connaissance que l’on défend, et les travaux cités semblent présupposer, à des degrés divers, que la connaissance n’est pas seulement la possession instantanée d’une information ou même d’énoncés vrais, mais implique aussi la capacité à se servir de cette information pour produire de nouvelles connaissances et justifier des décisions. Rendre une connaissance douteuse, en finançant par exemple une controverse à son égard, c’est bien entraver cette croissance de la connaissance et c’est bien la mutiler dans certains de ces usages, et par là « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Merchants of Doubt, basé sur l’ouvrage d’Oreskes et Conway

Bibliographie « Science et ignorance » – Dossier V de la bibliographie

  1. De gauche à droite et de haut en bas :
    – Oreskes, Naomi, et Erik M. Conway. Merchants of doubt: how a handful of scientists obscured the truth on issues from tobacco smoke to global warming, 2010.
    – Markowitz, Gerald, et David Rosner. Deceit and Denial: The Deadly Politics of Industrial Pollution. University of California Press, 2013.
    – Proctor, Robert N., et Londa Schiebinger, éd. Agnotology: the making and unmaking of ignorance. Stanford (Calif.): Stanford University Press, 2008.
    – McGarity, Thomas O., et Wendy Elizabeth Wagner. Bending Science: How Special Interests Corrupt Public Health Research. Harvard University Press, 2008.
    – Michaels, David. Doubt Is Their Product: How Industry’s Assault on Science Threatens Your Health. 1 edition. Oxford ; New York: Oxford University Press, 2008.
    – Markowitz, G., et D. Rosner. Lead wars: The politics of science and the fate of America’s children. University of California Press, 2013. []