Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2 

SOCIOLOGIE DES SCIENCES

  • M. Ramírez-I-Ollé1 propose dans l’article suivant une métaphore qui peut être intéressante pour le champ de recherche sur la science et l’ignorance. En s’appuyant sur une lecture de l’ouvrage On Certainty de L. Wittgenstein (New York, Harper and Row : 1969) par D. Bloor, elle propose d’analyser le rôle du scepticisme par rapport à la confiance comme celui d’un parasite : “That is, the Parasitic View of Scepticism puts forward the idea that dogma and trust, rather than impeding productive critical inquiry and new
    Serres, Michel. Le parasite. Grasset, 2014
    knowledge as it is commonly thought are the condictions for knowing and doubting” (p.5). Mais il faut ici comprendre que le parasite peut avoir un double rôle : soit détériorer l’organisme hôte, soit le forcer à évoluer. Ainsi, pourrait-il en être de même pour le “scepticisme” par rapport à la confiance ? L’article propose ainsi un parallèle avec l’agnotologie et la sociologie de l’ignorance – le doute étant compris dans un cas comme délétère, dans l’autre, comme constructif – et d’autres pistes intéressantes pour la question de la post-vérité.
    – Ramírez‐i‐Ollé, Meritxell. « Trust, Scepticism, and Social Order: A Contribution from the Sociology of Scientific Knowledge ». Sociology Compass, 13 n°2 (2019)

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 2  »

  1. M. Ramírez-I-Ollé est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages et d’un article en lien avec ce dernier, intitulé Ramírez-i-Ollé, Meritxell. « “Civil skepticism” and the social construction of knowledge: A case in dendroclimatology ». Social Studies of Science (Sage Publications, Ltd.) 48, no 6 (décembre 2018): 821‑45. []

Actualités du fonds « Science et ignorance »

Ouvrages reçus…

L’IGNORANCE EN ÉPISTÉMOLOGIE ET PHILOSOPHIE

L’épistémologie a permis de mieux cerner la question de l’ignorance dans des champs aussi diversifiés que l’épistémologie sociale, l’épistémologie féministe, l’épistémologie fondée sur la vertu ou encore l’épistémologie de la résistance. Daniel R. DeNicola propose dans cet ouvrage un examen de ses différentes facettes et montre aussi que l’ignorance peut offrir de nouveaux développements pour ces approches épistémologiques, dans une discussion organisée autour de la métaphore spatiale : l’ignorance comme lieu, frontière, limite ou horizon.
Understanding ignorance: The Surprising Impact of What We Don’t Know du professeur émérite de philosophie Daniel R. DeNicola (Cambridge, Massachusetts: MIT Press, 2017), 264 p.

Articles à découvrir au fonds documentaire…

Ignorance et secret

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » »

Veille « Science et ignorance » – sept 2020 n°1


IGNORANCE SAVANTE

ASPECTS SOCIAUX DE L’IGNORANCE 

Continuer la lecture de « Veille « Science et ignorance » – sept 2020 n°1 »

Lancement de la bibliographie collaborative Zotero «Infox, épidémies, coronavirus»

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Dans la lignée des deux bibliographies Zotero précédentes  « Science et ignorance »  et  « Post-vérité et fake-news », nous avons souhaité fournir durant cette période une documentation spécifique sur le thème de la désinformation durant la pandémie de Coronavirus. Cette nouvelle bibliographie « Infox, épidémies, coronavirus » vient en complémentarité de la base bibliographique Zotero collaborative et multidisciplinaire « Documentation relative au nouveau coronavirus SARS-COV-2  » conçue par les Bibliothèques de l’ENS et dont la consultation est vivement conseillée.

Continuer la lecture de « Lancement de la bibliographie collaborative Zotero «Infox, épidémies, coronavirus» »

Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport “Global cyber-troops 2019”

Soutiens du programme “The computational propaganda project”

Depuis 2012, une recherche est mise en place dans le cadre du programme “The Global propaganda project” afin d’étudier l’utilisation des algorithmes, des bots informatiques et de la cyber-propagande dans la vie publique. Plus particulièrement, les sociologues et spécialistes des sciences de l’information de l’Oxford Internet Institute et de l’Institut Reuters, s’attachent à cerner et définir l’impact de ces robots informatiques sur les réseaux sociaux. L’un des objectifs du programme est notamment de fournir aux plateformes et aux gouvernements de meilleurs outils pour les pister et les capturer. Ce projet permet aussi d’analyser la façon dont certains pays utilisent ces robots pour manipuler les échanges, démobiliser l’opposition ou apporter leur support à des plateformes telles que Twitter, Facebook ou Sina Weibo.

Dans ce cadre, le rapport “The Global Disinformation Order: 2019 Global Inventory of Organised Social Media Manipulation” [ L’ordre mondial de la désinformation : L’inventaire mondial 2019 de la manipulation organisée sur les réseaux sociaux] coordonné par Samantha Bradshaw et Philip N. Howard,  rend compte d’une étude réalisée durant trois ans afin de surveiller les tendances de la cyber-propagande et l’utilisation des réseaux sociaux dans le cadre de campagnes de manipulation établies par des gouvernements ou partis politiques.

Continuer la lecture de « Des ressources sur la cyber-manipulation : un focus sur le rapport “Global cyber-troops 2019” »