Actualités du fonds ignorance jan. 2023 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (2/2)

Paul Klee, Grenzen des Verstandes, 1927

Ce billet, consacré au numéro spécial “Rethinking ignorance production in the field of reproductive biomedicine”, édité par Sezin Topçu et Irène Maffi et paru dans la revue Reproductive Biomedicine and Society Online en mars 20221, fait suite à un premier volet publié sur le carnet en octobre. Dans les contributions ici présentées, l’exploration de la construction de savoirs et de non-savoirs autour des techniques biomédicales liées à la reproduction et développées depuis l’après-guerre se poursuit au travers de nouvelles thématiques : la technique biomédicale de reproduction avec don mitochondrial, les hormones sexuelles synthétiques, avec l’expérience du Duogynon et du distilbène et enfin, la place de l’IVG médicamenteuse en Tunisie.

  • Stratégies de recadrage du débat autour du don mitochondrial
    Le don mitochondrial est une forme de fécondation in vitro qui utilise l’ADN nucléaire de deux parents intentionnels, ainsi que l’ADN mitochondrial d’une troisième femme donneuse. Cette technique a été initialement mise au point pour prévenir la transmission de maladies mitochondriales héréditaires rares, mais peut aussi être employée dans certains cas comme traitement de fertilité pour les couples pour lesquels la FIV n’a pas fonctionné. Elle a été autorisée au Royaume-Uni après une période de trois ans (2012-2015) durant laquelle une expertise, des débats parlementaires et une consultation publique se succédèrent afin d’examiner les ressorts et les enjeux de cette technique, notamment sur le plan médical. Si des incertitudes quand au risque médical, notamment pour la descendance, semblent avoir été, pour le cas de cette technique, clairement pointées, l’auteur de la présente étude souligne néanmoins quelques négligences ou non-dits. La prise en compte explicite des inconnues (acknowledged unknowns) liées à cette technique dans les débats parlementaires, peut en effet venir masquer des enjeux sociaux ou économiques plus vastes (ignored knowns).

    « As a number of authors have shown (Callon et al., 2009), when undergoing democratic debates on new and controversial technologies which, by definition, are still surrounded by many uncertainties and risks, it appears crucial to analyse critically which knowledge and non-knowledge have been provided, by whom and to which audience, as these directly shape the framing of the debates and the assessment of the technologies. » (p. 3)

Continuer la lecture de « Actualités du fonds ignorance jan. 2023 n°1 : Ignorance et biomédecine reproductive (2/2) »

  1. SEZIN, Topçu, MAFFI, Irène (Éds), Reproductive Biomedicine and Society Online, n°14, mars 2022. Cette publication a été élaborée à partir du colloque international « Minimizing Risks, Selling Promises ? Reproductive Health, Technoscientific Controversies and the Production of Ignorance » organisé par Sezin Topçu et Irène Maffi à l’Université de Lausanne, du 22 au 23 novembre 2018 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search