Actualités du fonds « Science et ignorance » – 3

IGNORANCE ET “CENSURE” OU AUTO-CENSURE

  • Définir le périmètre de l’expertise en climatologie :

     Les scientifiques ont une connaissance irremplaçable de leur domaine de spécialité, qui leur confère une expertise et un rôle important pour prévenir des risques liés à l’emploi d’une substance, d’un produit, ou pour définir des scenarii et proposer des modélisations permettant de mieux anticiper les évolutions d’un système. Ils jouent ainsi pour la protection de la population un rôle de sentinelle dont on peut se demander sous quel prétexte il devrait être remis en cause.
    J. Molina et F. S. Rowland, « Stratospheric Sink for Chlorofluoromethanes : Chlorine Atom-Catalysed Destruction of Ozone », Nature, vol. 249,‎ 28 juin 1974, p. 810-812. Paul Josef Crutzen, Frank Sherwood Rowland et Mario José Molina obtinrent en 1995 le prix Nobel de chimie pour leurs travaux sur la chimie de l’atmosphère, particulièrement en ce qui concerne la formation et la décomposition de l’ozone.
    L’article qui suit propose tout d’abord une expérience de pensée qui permet de se représenter, à partir de l’exemple des travaux du chimiste mexicain Mario José Molina (1943-2020), qui alerta dès 1974 des dangers des chlorofluorocarbures (CFC) des aérosols, l’intérêt d’une communication des résultats hors de la sphère de la communauté scientifique.
    Puis, plusieurs arguments sont présentés afin d’engager les scientifiques à éviter une certaine forme de censure ou d’auto-censure dans leurs prises de position. Nous citerons par exemple la non neutralité de la science, la reconnaissance d’une compétence irremplaçable liée à la connaissance du domaine de spécialité ou la difficulté d’établir une distinction claire entre ce qui serait prescriptif et ce qui ne le serait pas1.
    -Jamieson, D., N. Oreskes, et M. Oppenheimer. « Science and policy: Crossing the boundary ». Bulletin of the Atomic Scientists 71, no 1 (2015): 53‑58. https://doi.org/10.1177/0096340214563675.

Continuer la lecture de « Actualités du fonds « Science et ignorance » – 3 »

  1. L’article est motivé par la critique des déclarations de principes et procédures du GIEC de 2010, qui invitent les scientifiques faire des propositions qui relèvent de politique mais ne soient pas prescriptives en la matière : “policy-relevant but not policy-prescriptive science”. Voir : Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) (2010) Statement on IPCC principles and procedures. February 2. Available at: http://www. ipcc.ch/pdf/press/ipcc-statement-principles-procedures-02-2010.pdf []