Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure

Une série d’approches considère l’ignorance comme produit d’une stratégie. Il s’agit là de considérer que l’on a pu tenter de gommer, de saper ou de fragiliser une connaissance fiable existante. Ainsi, faire disparaître de la connaissance de l’espace public, par exemple dans le cadre d’un secret d’État ou industriel, ou la rendre indisponible, inutilisable pour justifier des inférences et des décisions – comme dans certaines formes de climato-scepticisme ou les campagnes orchestrées par les cigarettiers – c’est bien « créer » de l’ignorance.

Affiche du film Secrecy, co-réalisé par Peter Galison. Fiche complète sur Imdb

Dans le premier cadre, le “secret”, au-delà des textes fondateurs de Simmel, a été bien étudié, notamment à travers une série d’articles de Peter Galison, qu’il s’agisse de l’évolution des lois sur le secret aux Etats-unis ou d’estimations du “volume” des connaissances secrètes. C’est une thématique qui est évidemment prégnante dans le cas des connaissances “dangereuses”, par exemple dans le domaine bio-militaire. Comme le remarque Galison, au-delà des problèmes pratiques soulevés par la classification “secret” (comment administrer les connaissances secrètes?), se pose une question logique et épistémologique:

Continuer la lecture de « Ignorance et secret, suppression d’informations ou censure »