Ignorance savante et frontières de la connaissance

L’ignorance n’est pas seulement “ce que l’on ne sait pas”. Si la recherche actuelle semble préférer le terme de “nescience” pour qualifier l’ignorance inconsciente d’elle-même, elle la distingue généralement de l’ignorance pleinement consciente d’elle-même. Matthias Gross, dans Ignorance and Surprise parle de “non-connaissance” (Nichtwissen), pour désigner  un savoir sur ce qui n’est pas connu, mais « qui le prend en compte pour des actions futures ». 

La manière dont un chercheur, voire un champ disciplinaire, identifie ce qui n’est pas encore connu, mais qui pourrait et devrait l’être, relève bien d’une étude élargie de l’ignorance, et c’est en ce sens que Stuart Firestein l’a analysée, notamment dans l’ouvrage Ignorance, How it drives Science (OUP, 2012). Nous avons pu accueillir l’auteur, lors d’une conférence invitée, et reproduisons ci-dessous la partie de la conférence portant sur ce thème.

Stuart Firestein “Ignorance, Failure and the Sciences” – durée 27 mn
Extrait de la conférence du 27/09/2018.  Production, Réalisation  : CAPHÉS (CNRS-ENS).
Prise de vue/ montage : Julie Solviche

Bibliographie “Science et ignorance” : Dossier I